• WB

[ Interview ] Jimmy Nelson - The Last Sentinels

Dernière mise à jour : 2 nov. 2020

Après Yann Arthus-Bertrand en 2018, au profit de la Fondation Good Planet, c’est au tour des photographies aux compositions somptueuses de l’artiste britannique Jimmy Nelson d’inonder les murs de l’Atelier des Lumières. Nous avons posés quelques questions à Jimmy Nelson ce photographe qui a silloné le monde afin de capturer les plus belles couleurs des peuples autochtones des 4 coins du monde. Il sera projeté à l'atelier des lumières du 16 au 31 octobre.

Voyage d’une quarantaine de minutes au coeur des dernières cultures indigènes et paysages du monde entier, « The Last Sentinels », créé par le studio Spectre Lab, célèbre la diversité de ces peuples qui vivent en harmonie et avec la nature.

Pouvez-vous nous parler de ce projet "Les dernières sentinelles" à l'Atelier des Lumières?

www.atelier-lumieres.com

Cette exposition s'inscrit dans le cycle d'expositions immersives «Sauver la planète». Quel est votre engagement envers la planète?

Pour m'assurer que chaque matin je me réveille, c'est bien avant le lever du soleil, et pendant ce temps-là, je médite, j'apprécie et je rends hommage à la beauté de l'aube et à tout ce qui est positif que la journée va apporter. Si tous les humains peuvent se réveiller avec la même attitude, un jour, nous pourrons peut-être tous faire une différence.

Combien de peuples autochtones avez-vous rencontrés et combien de pays?

Il y a une richesse sans fin, de nombreuses réunions que j'ai eues et bien d'autres à venir.




Quelle est votre définition des cultures autochtones en 2020?

Ce sont des êtres humains qui vivent en toute honnêteté et en connexion avec eux-mêmes, leur culture humaine et le monde naturel intact.

Quelle est votre relation avec la nature?

Je suis reconnaissant de la richesse que cela donne à mon existence. Je crois que nous ne sommes que des visiteurs sur cette planète et que le monde ne nous appartient pas - nous appartenons au monde.

Prendre des photos de cultures autochtones est-il un moyen de laisser une trace dans des cultures qui se perdent?

Je ne saisis rien. Je rends hommage avec respect et amour à une beauté et une richesse qui doivent être reflétées dans le monde dominant.










Que souhaitez-vous mettre en valeur dans cette série de photos?

Je veux réveiller l'humanité tout entière quant à une voie positive à suivre dans le réalignement humain avec le monde naturel.

Vous faites aussi de la vidéo, pouvez vous me parler de votre dernier film?

Je travaille avec une équipe aimante et dévouée, la filmographe principal est ma collègue dévouée Stephanie van der Wiel qui offre une perspective plus riche et plus large tout en suivant la vérité et l'origine de ma source de narration.





Vous exposez à l'Atelier des Lumières quel est votre rapport à l'image et au son, à l'image et à l'espace, à l'image et au mouvement?

Tous les êtres humains sont multicouches dans leur perception sensuelle. Plus nous pouvons appliquer notre histoire et notre contenu à toutes ces différentes couches de manière large, large et riche, plus nous avons de chances de faire une différence plus large.


Quel est votre prochain projet?


Recherche sans fin, à vie, d'une vérité personnelle d'amour et d'acceptation tout en partageant continuellement le contenu avec lequel j'ai le privilège de me connecter, avec le monde comme art et peut-être comme miroir de notre recherche mutuelle de vérité.


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


[ FOCUS ]

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _



Si votre vie était un film, qu'est-ce que ce serait?

La vie secrète de Walter Mitty


Votre film préféré? 

En dehors de l'Afrique


Votre réalisateur préféré?

David Cronenberg (meilleure narration) & Bernardo Bertolucci (meilleure vision cinématographique)

Un photographe à suivre?

Mort: Irving Penn, vivant: Mario Testino


votre photo préférée?

Personnellement: ma plus jeune fille sur une balançoire volant dans le ciel sous des palmiers tropicaux sur une plage en Thaïlande

De mon projet: ordinateur de poche d'un groupe de Kazakhs au sommet des montagnes de l'Altaï en février à moins 30 degrés, avec le vent dans les cheveux, la fourrure qu'ils portent pour se réchauffer et les ailes des aigles.

D'un autre photographe: Éric Valii des chasseurs de miel, la couverture de National Geographic en 1987


Votre documentaire préféré?

Domination


Ta série préférée?

Planète bleue


Votre scène culte?

Nouveau romantisme


Votre personnage préféré?

Tintin



#JimmyNelson #photographie #atelierdeslumières #parisphoto #peupleautochtones #videoprojection #wbcapture #wbmagazine #whiteandblackmagazine #wnb

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout